Né de la volonté de mettre à disposition de tous une part méconnue du patrimoine culturel, l’Atlas PALM propose de mettre en ligne et en lumière 60 années de découvertes et de recherches archéologiques sous-marines sur les côtes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

 

Si la pratique de l'archéologie sous-marine est relativement récente, l'exploration des fonds méditerranéens français a néanmoins généré au cours des soixante dernières années une documentation riche, abondante et variée. La diversité de ce patrimoine archéologique illustre, sur plusieurs millénaires, l'histoire des régions littorales françaises et leur rôle d'interface entre monde méditerranéen et continent européen. A l'inverse du patrimoine terrestre, ces vestiges, pourtant témoins et acteurs de l'identité méditerranéenne, sont souvent invisibles ou inaccessibles, immergés, fragiles, en proie aux pillages et aux destructions.

 

Un patrimoine maritime immergé d’une richesse particulière…..

Pour de multiples raisons, relatives tant au passé historique de la région qu'à l'histoire même de la discipline archéologique et de la plongée en scaphandre autonome, les biens culturels maritimes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, répartis sur les 850 km de son littoral, ont bénéficié depuis les années 1950 d'un effort de recensement et de recherche qui a longtemps fait la renommée de l'archéologie sous-marine française. Haut-lieu de l'exploration des sites immergés, les eaux provençales ont accueilli bon nombre d'opérations pionnières et la somme de nos connaissances sur le patrimoine maritime régional constitue un fonds documentaire d'exception. Outil de diffusion et de valorisation accessible à tous, l’Atlas PALM n’a pas pour ambition de procéder à l’inventaire des biens culturels maritimes mais de porter à la connaissance du plus grand nombre une vaste sélection de données scientifiques revues et présentées par des spécialistes de l'archéologie et de l’histoire maritime.

…. Et une histoire longue de plusieurs millénaires

L'Atlas PALM s'attache à restituer une vision panoramique et diachronique et couvre à cette fin toutes les périodes chronologiques, du navire étrusque au bombardier de la 2nde Guerre Mondiale, en passant par les vaisseaux de la flotte royale, les villages protohistoriques ou les aménagements portuaires grecs et romains. En intégrant aussi bien les sites archéologiques de la plus haute Antiquité, inaccessibles au public, que les cargos des années 1970 visités régulièrement par les plongeurs, l'Atlas PALM propose d'aborder l'évolution historique du littoral méditerranéen dans sa globalité et d'inscrire même les sites les plus récents dans la sphère du patrimoine maritime à protéger.


Un atlas évolutif

Le projet entend dépasser le cadre de l’action évènementielle et se conçoit surtout comme un outil évolutif et pérenne voué à valoriser une documentation exponentielle. La première sélection de sites à ce jour disponibles en ligne sera ainsi enrichie progressivement et régulièrement par de nouvelles notices et vise à couvrir une grande part des gisements recensés sur le littoral régional.

Un outil numérique innovant

Conçu avec le souci permanent de l’interopérabilité des données, l’Atlas PALM est fondé sur la technologie XML qui permet de générer des metadonnées. Le contenu de l’Atlas PALM est ainsi exportable et interopérable et pourrait intégrer à terme l’Atlas de l’Architecture et du Partrimoine.



Les partenaires

pointillés

Initié en 2008, l’Atlas PALM est le fruit d’une étroite collaboration entre le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (Ministère de la Culture et de la Communication) et ARKAEOS.

Le DRASSM, service à compétence nationale du Ministère de la Culture et de la Communication installé à Marseille, est en charge de l'inventaire et de la gestion des biens culturels du domaine public maritime. Dans la perspective d'une valorisation des données de l'Etat, le DRASSM encadre le projet Atlas PALM et assure la mise à disposition des données de référence issues de l'inventaire des biens culturels maritimes et définit les critères de leur exploitation.


ARKAEOS, association vouée au développement de la recherche archéologique sous-marine et à la valorisation du patrimoine maritime, a conçu, développé et mis en œuvre le projet Atlas PALM en concertation avec le DRASSM.


L’Atlas PALM est développé en concertation avec les acteurs de l’espace régional et reçoit le soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azuret du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.





L’équipe et les collaborateurs

pointillés

L’équipe PALM, constituée d’archéologues d’Arkaeos et du Ministère de la Culture et de la Communication, s’est adjoint les compétences d’Altéarch-Médiation et d’Iksis pour la conception et le développement de l’interface numérique. L’équipe de rédacteurs scientifiques reçoit par ailleurs le concours régulier de chercheurs spécialisés du CNRS et des Universités. 

Coordination : Souen Fontaine (DRASSM) et Franca Cibecchini (DRASSM), Mourad El Amouri (Arkaeos).

Suivi et conseil DRASSM : Frédéric Leroy, Florence Richez.

Documentation et rédaction scientifique : Franca Cibecchini (DRASSM), Xavier Corré (Arkaeos), Lucile Delavault (Arkaeos), Mourad El Amouri (Arkaeos), Souen Fontaine (DRASSM), Sandra Greck (Arkaeos), Charlotte Gleize (Arkaeos), Sabrina Marlier (MdAa), Pierre Poveda (Arkaeos).

Collaborateurs scientifiques : Giulia Boetto (CNRS, CNRS, Centre Camille Jullian-UMR 7299), Michel Bonifay (CNRS, Centre Camille Jullian-UMR 7299), Patrice Pomey (CNRS, Centre Camille Jullian-UMR 7299), Gaëlle Dieulefet (LA3M-UMR 7298), Eric Rieth (CNRS, Musée de la Marine), Lucie Vallaury (CNRS, LA3M-UMR 7298), Jean-Christophe Treglia (LA3M-UMR 7298), David Djaoui (MdAa), Sylvie Saulnier (Sfecag).

Conception et développement numérique : Julien Mahoudeau (ALTEARCH-Médiation) et Julien Fauchier (IKSIS).

Graphisme : Stéphane Gaillard (AIR-STUDIO).

Logo partenaires