Bibliographie

fermer la carte d'identité

Bibliographie essentielle

  • CROIZEAU Isabelle, BASSEMAYOUSSE Frédéric, AMSLER Kurt, Plongées sur les plus belles épaves de Provence, 2002, Glénat, Grenoble, p. 32-43
  • GALLOCHER Pierre, Méditerranée, mer cruelle. 1830-1950. 120 ans de drames et fortunes de mer, 1986, Tacussel, Marseille, p. 32-38
  • JONCHERAY Anne et Jean-Pierre, 80 épaves à Marseille et dans sa région, 2004, Éd. Gap, La Ravoire, p. 170-173
  • JONCHERAY Anne, JONCHERAY Jean-Pierre, 80 épaves à Marseille et dans sa région, 2005, Éd. Gap, La Ravoire, p. 268-281
  • JONCHERAY Anne, JONCHERAY Jean-Pierre (éd.), Méditerranée, mer cruelle au temps des navires à vapeur. De Marseille à Gènes, 2008, Toulon, p. 8-13
  • JONCHERAY Jean-Pierre, Naufrages en Provence ou le Livre des épaves, 1984-1997, Cahiers d'Archéologie Subaquatique, Fréjus, fasc. 1, p. 14-15 (1984) ; fasc.4, p. 221-235 (1985) ; fasc.15, p. 933-934 (1991) ; fasc. 18, p. 1143-1147 (1997)
  • JONCHERAY Jean-Pierre, BRUNNER Urs, Portraits d'épaves. 140 sites en Méditerranée, Sub Océans, 1987, n° hors-série n°6

Pour approfondir


Carte d'identité

fermer la carte d'identité

Pays   France
Département Bouches-du-Rhône
Commune Marseille
Lieu-dit Ouest Farillon, au large de l'île Maïre
Code EA
Nature du site Épave de navire
Chronologie Période contemporaine
Indicateur de période Archives
Structures Paquebot
Mobilier  
Amphores :
Céramiques :
Autre :
 
Lieu d'exposition in situ
Contexte  
Géologie : Vase
Situation : Immergé
Profondeur : - 28 m/ -36 m
Historique des recherches  
Déclaration :
Expertise:
Opérations:
Commentaires  
 



Liban - Épave de navire

 pointillés bouton noticebouton fichebouton bibliographiebouton images
 pointillés


En bref...

Liban

Le Liban est un paquebot qui a coulé le 7 juin 1903 au sud de l’île Maïre à l’entrée est de la baie de Marseille. Il a sombré à la suite d’une collision avec un autre navire, alors qu’il se rendait en Corse. Reposant entre 28 et 36 mètres de profondeur, cette épave suscite aujourd’hui de nombreuses plongées-loisir.


Histoire du site

Liban

Le Liban a coulé après avoir heurté le paquebot Insulaire qui faisait route opposée. La localisation de l’épave au niveau des Farillons n’a jamais été ignorée car la catastrophe a eu de multiples survivants et témoins directs. Qui plus est, les mâts du Liban ont percé la surface pendant quelques temps. Le récif sous-marin créé par ce naufrage a été colonisé par une faune et une flore abondantes. Cette vie foisonnante, associée à l’état de conservation et à la profondeur raisonnable de l’épave, place ce site parmi les plongées sur épaves les plus longues et les plus belles qui soient en Provence.

Savoir plus

Liban

Le jour du naufrage, pendant que la proue s’enfonçait et que la poupe s’élevait à la verticale, de multiples bateaux présents dans le voisinage sont venus au secours des passagers. Dès le lendemain du drame, des scaphandriers marseillais sont descendus sur l’épave pour récupérer les victimes.

L’émoi suscité dans la population par cette tragédie a été grand et a eu de nombreux échos dans la presse de l’époque. La compagnie Fraissinet qui armait les deux navires en cause a fait l’objet d’une vigoureuse campagne de critiques et sa responsabilité a été pointée du doigt.

L’épave a été l’une des premières épaves visitées par les plongeurs sous-marins une fois que le scaphandre autonome a été inventé.




Cargaison, mobilier et vie à bord

Liban

Le paquebot avait à son bord 43 personnes constituant l’équipage, 148 passagers titulaires d’un billet et un nombre indéfini de passagers. On estime que le drame a coûté la vie à environ une centaine de personnes ce qui en fait l’une des plus importantes catastrophes maritimes de Provence. La compagnie Fraissinet, à laquelle le Liban appartenait, étant chargée du fret postal pour la Corse, le navire transportait également 27 sacs de courrier.

Un certain nombre de passagers non équipés de billets étaient sur le pont en train d’être recensés quand la collision a eu lieu. La bâche qui les protégeait du soleil a malheureusement constitué un piège et les a empêchés de s’échapper. C’est pourquoi le nombre exact de victimes n’est pas connu avec certitude.

Savoir plus

Liban

Plus de soixante-dix ans encore après le drame, dans les cales, furent retrouvés des bouteilles de bière ou des objets destinés aux écoliers corses (manuels scolaires, porte-plume et encriers).

De nombreux éléments d’accastillage et de vie à bord, tels que les hublots, ont aujourd’hui disparus de l’épave, victime de son succès et de son accessibilité.

 

 




Le bateau et son gréement

Liban

Ce paquebot en fer mesurait 91 m de long et 11 m de large. Il présentait un creux de 8 m et jaugeait 2308 tx. Le Liban était propulsé par une machine à vapeur de 2150 CV à triple expansion. Il avait trois mâts de charge et deux chaudières qui venaient d’être changées.

Le navire gît aujourd’hui sur sa quille. Il est un peu plus penché dans sa partie arrière et semble être en cours d’aplatissement.

 

 

Savoir plus

Liban

Il a été noté, en effet, que sa largeur augmentait. La coque bien que considérablement conservée présente de multiples brèches par lesquelles il est possible d’accéder à l’intérieur du paquebot et d’atteindre les cales. Les mâts ne percent plus la surface mais sont couchés sur le sable à proximité. De même une cabine a été détachée du pont et repose, à l’envers, à côté de l’épave. De multiples pièces mécaniques sont encore bien conservées mais disparaissent progressivement sous les gorgones.




Le contexte historique et les données d'archives

Liban

Le Liban a été construit en 1882 à Glascow. Il avait navigué jusqu’en Chine et Madagascar avant d'être affecté aux transport de passagers entre Marseille et la Corse. Au moment du naufrage, il était commandé par Antoine Lacotte.

L’île Maïre a d’abord empêché les deux navires d’être visibles l’un de l’autre. Elle a ensuite perturbé, par sa proximité, les manœuvres d’évitement. Connaissant les fonds marins de ce secteur, le capitaine du Liban a quand même réussi à amener son paquebot, touché, sur un plateau moins profond entre les Farillons et l’île. Après la collision, le capitaine Arnaud, qui commandait l’Insulaire, l'autre navire en cause dans la collision, voyant plusieurs bateaux arriver sur le site, décide de continuer sa route jusqu’au port de Marseille. Son navire était lui aussi endommagé et il craignait de sombrer à son tour. Devant le nombre de victimes et le questionnement sur les responsabilités du drame, son attitude lui sera grandement reprochée. 


Lieux d'exposition du mobilier

In situ.


Quelques curiosités

Liban

Les journaux de l'époque ont multiplié les illustrations relatives à cette catastrophe. L'une d'elle est un faux manifeste, les mâts, qui sortent de l'eau ont été rajoutés sur une photographie de l'île de Maïre sur laquelle n'apparaissent pas les Farillons.

La polémique sur les responsabilités du naufrage a donné lieu à de nombreux dessins satiriques parus dans la presse.

Un couteau a été retrouvé sur le site lors d'une plongée loisir, il appartenait à l’un des scaphandriers qui sont intervenus en 1903.

Auteur : X. Corré - Dernière modification de la notice : 05/09/2013
Url pour citer cette notice : http://www.atlaspalm.fr/fr/s18_liban.html