Liste des sites

Trier Trier Site Trier Trier Nature Trier Trier Période Trier Trier Dép.

Giraglia 1

Épave de navire Voir sur la carte
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

Dolia in situ, vue du site en 1998  (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
 

L’épave Giraglia 1 gît à 20 m de profondeur entre Tollare et l’île de la Giraglia, au nord du Cap Corse. Il s’agit d’une épave de navire à dolia dédiée au transport du vin en vrac, un pinardier d’époque romaine. Les fouilles menées entre 1993 et 1999 ont permis de dresser un plan du site et de dater l’épave autour des années 15-20 ap. J.-C.

Histoire du site

Le site lors des fouilles de 1999 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
 

En 1992, trois plongeurs corses, Louis Ambroggi, Franck Allegrini-Simonetti et Michel Oliva, découvrent le gisement archéologique de Giraglia 1. L’épave est expertisée un an plus tard par le DRASSM, sous la direction d’Hélène Bernard. En 1994, une campagne de sondage de dix jours a permis de reconnaître les limites du site, qui s’étend sur environ 200 m², et d’identifier une partie du mobilier archéologique. L’essentiel des découvertes ont lieu lors des fouilles organisées entre 1997 et 1999 sous la direction de Martine Sciallano. À cette occasion, quelques vestiges de la coque en bois du navire ont été découverts.

Le site en 1999 après déplacement des dolia D2 et D5. Au premier plan D4, à l'arrière D3 et D1 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
 

Lors des fouilles réalisées en 1997 et 1999, un cadre métallique de 4 x 4 m a servi de support pour l’appareil photo et de repère pour la zone fouillée. Déplacé deux fois, la surface fouillée a représenté 4 x 12 m, surface augmentée par un sondage autour du dolium 1. Les dolia, identifiés lors de la campagne de 1994 et dénommés D1 à D9, ont dans un premier temps concentré l’attention des archéologues. Toujours situés au centre du navire en raison de leur poids, ils ont protégé, grâce à leur énorme masse, une partie de la coque.

Cargaison, mobilier et vie à bord

Dolium piriforme in situ (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)

L'épave Giraglia 1 transportait essentiellement des dolia, énormes jarres en céramique dédiées au transport du vin en vrac. Une dizaine de dolia et quatre doliola (petits dolia) ont été dénombrés par les fouilleurs à partir des fragments de lèvres, aucun dolium n’ayant été découvert entier.
Plusieurs amphores complètent la cargaison. Il s’agit essentiellement d’amphores à vin provenant de Tarraconaise, la Catalogne actuelle. Il est donc probable que le navire venait de cette région d’Espagne, connue pour sa production vinicole abondante mais de qualité médiocre. D’autres types d’amphores minoritaires ont également été découverts, ils sont probablement attribuables à la dotation de bord.
Un petit lot de vaisselle a été identifié dont un fond de sigillée arétine avec un timbre THALI. Plusieurs petits fragments de deux coupelles et de deux assiettes en verre ont également été découverts.

La cargaison de l’épave Giraglia 1 est dans l’ensemble très mal conservée en raison de la violence du naufrage : les amphores en particulier sont toutes brisées. Le site a en outre subi un fort pillage qui a ciblé surtout les amphores et les céramiques. L’étude de ce mobilier permet néanmoins de dater le naufrage du navire autour de 15-20 après J.-C. 

Marque RVSTI sur pointe d’amphore Dressel 2-4 ; marque MP sur amphore de type indéterminé (d'après Massy 2013, p. 83, fig. 32)

Les campagnes d’étude de l’épave ont permis de mettre à jour environ 55 individus d’amphores de type Dressel 2-4 de Tarraconaise. Grâce aux estampilles découvertes sur ce type d’amphore il est possible de déterminer les ateliers de production. Elles sont originaires des ateliers de Can Pedrerol (timbres CELS et SYN) et de Can Tintorer (timbres CIAS, HIL, LEAN, TH), situés à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Barcelone, le long du fleuve Llobregat.
Les autres amphores identifiées restent très minoritaires : quelques rares Dressel 2-4 d’origine italique, quatre amphores à salaison et à huile de Bétique et enfin deux bords d’amphores Gauloise 2 ou 3.
Un seul dolium a restitué un timbre in planta pedis très lacunaire. Le développement proposé pour cette estampille, […] ptes/Pira(ni) Cer(donis) s(ervus) f(ecit), évoque la famille des Pirani de Minturnes, dont le nom a déjà été retrouvé sur plusieurs autres épaves chargées de dolia venant d’Espagne (Ouest-Giraglia 2 et Ile Rousse en Corse, le Petit Congloué à Marseille Diano Marina, en Ligurie) ou d’Italie (La Garoupe et le Grand Ribaud D en Provence et Ladispoli au nord de Rome). Les analyses pétrographiques des argiles des dolia et les noms des fabricants attestés par les timbres ont permis de démontrer que ces énormes jarres, utilisées comme conteneur à vin dans les navires, étaient toutes fabriquées dans la région de Minturnes.

Le bateau et son gréement

Remontée du jas d'ancre (Cliché J.-P. Juan, d'après Marlier Scilliano 2008)

Le navire étant mal conservé, peu d'éléments permettent d’estimer ses dimensions et ses méthodes de construction. La présence des tuyaux de la pompe de cale fournit néanmoins un indice sur la largeur de celui-ci ainsi qu’une longueur approximative, calculés à environ une vingtaine de mètres de long par six mètres de large.
Aucune trace de l’axe longitudinal du navire (quille, étrave, étambot) n’a été conservée. Les 26 membrures identifiées lors des différentes campagnes de fouilles ont néanmoins fourni des indices concernant l'axe du bateau, orienté NNE-SSO. Malgré leurs exiguïtés, l’étude des restes de la coque de cette épave a permis aux spécialistes d’archéologie navale de renforcer l’hypothèse d’un type de navire construit d’une manière particulière, avec une quille assez plate et une maille solide. Il s’agit d’un type de bateau défini comme « fluviomaritime », adapté à la navigation dans un fleuve et ses embouchures mais aussi à la navigation maritime. Un peu à l'écart du site, à 14 m environ à l'ouest, le jas en plomb d'une ancre d’une envergure de 1,65 m a été découvert.

Photocouverture du bois dégagé dans la partie centrale du gisement (clichés et montage J. Chiapetti, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 134, fig. 27)

Les quelques vestiges conservés et étudiés de la coque ont permis plusieurs observations. L’augmentation sensible de la hauteur des varangues vers l’ouest du gisement, ainsi que les éléments de virures qui présentent également une augmentation de leur épaisseur dans cette direction fait penser qu’il s’agit du galbord, voire du tribord. À cet endroit, les virures de bordé sont plus proches de la quille et sont généralement plus épaisses que les virures suivantes. Les tuyaux de la pompe de cale ont quant à eux permis de localiser l'arrière du bateau.
Le bordé a quasiment disparu en totalité. L’étude des pièces prélevées a néanmoins permis d’appréhender la technique de construction du navire. Il s’agit d’un bordé simple assemblé à franc-bord au moyen de languettes insérées dans des mortaises et chevillées perpendiculairement.
La construction de la coque présente une certaine homogénéité dans la sélection des essences de bois. Les analyses révèlent l’utilisation de six essences différentes : le chêne caducifolié pour les virures, la plupart des membrures, les serres et les vaigres ; l’orme pour quelques membrures ; du chêne vert pour les languettes et chevilles du bordé et enfin du hêtre et du frêne pour les gournables. Il s’agit essentiellement d’espèces de basse altitude que l'on trouve sur le littoral méditerranéen ou à proximité. Cela confirmerait la probable construction du navire dans la région de Minturnes où sont fabriqués les dolia embarqués à poste fixe dans ce type d'embarcation.

Lieux d'exposition du mobilier

Musée de Bastia (“dépôt Haute-Corse”)
Citadelle de Bastia, Place du Donjon - 20200 Bastia
Tél. : 04 95 31 09 12

Pour le dépôt de conservation du mobilier, s’adresser au DRASSM.

Quelques curiosités

  • Les estampilles découvertes sur les amphores Dressel 2-4 de l’épave Giraglia 1 présentent de nombreuses similitudes avec celles trouvées sur l’épave Chrétienne H de Saint-Raphaël. Elles sont parfois imprimées avec le même poinçon. Il est possible d’en déduire que ces deux épaves sont contemporaines, peut-être à quelques mois près ! 

  • Le site s’étend sur 200 m2 environ, mais l’essentiel des vestiges est concentré sur 100 m2. L’extrême fragmentation des amphores, l’orientation hétérogène des dolia, l’éparpillement des vestiges et le feuilletage de fragments sont le signe d’un violent naufrage et remue-ménage avant, pendant et après le naufrage. L’ancre retrouvée un peu à l’ouest de l’épave, a été sans doute jetée en catastrophe pour ralentir le navire qui a dû sombrer le nez en avant. Ces événements permettent d’expliquer la disparition de la quille, de l’étrave et de l’étambot et de tout le tiers-arrière, ainsi que l’accumulation des dolia et des fragments d’amphores essentiellement dans la zone est du site où ils ont roulé.

  • L’équipe de fouilles avait la particularité d’être composée essentiellement de femmes ce qui valut aux archéologues et aux plongeuses le surnom de « sirènes » de la Giraglia.

Pays France
Aire marine protégée Parc Naturel Marin du Cap Corse et de l'Agriate
Département Haute-Corse
Commune Ersa
Lieu-dit Tollare/Barcaggio
Code EA 303265
Nature du site Épave de navire
Chronologie Antiquité
Indicateur de période Timbres sur les amphores et céramique sigillée arétine
Structures Coque
Mobilier Amphores : Amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise, Dressel 2-4 italiques, amphores à huile et à salaison de Bétique, Gauloise 2 ou 3
Céramiques : Dolia et doliola, sigillée arétine, céramique commune
Autre : Verre, noix, noisettes
Lieu d'exposition Dépôt archéologique des Milles, Aix-en-Provence ; Drassm, Marseille ; Musée de Bastia
Contexte Géologie : sable
Situation : immergé
Profondeur : - 20 m
Historique des recherches Déclaration : 1992 - Louis Ambrogi, Franck Allegrini-Simonetti et Michel Oliva
Expertise: 1993 - Hélène Bernard, Martine Sciallano
Opérations: 1994 et 1997-1999 - fouilles programmées (responsable d'opération : Martine Sciallano)
Commentaires

Bibliographie essentielle

  • MARLIER Sabrina, SCIALLANO Martine, L'épave à dolia de l'île de la Giraglia (Haute-Corse), Archaeonautica, n° 15, 2008, p. 113-151.
  • MARLIER Sabrina, SIBELLA Patricia, La Giraglia, a dolia wreck of the 1st century BC from Corsica, France: study of its hull remains, The International Journal of Nautical Archaeology, n° 31.2, 2002, p. 161-171.

Pour approfondir

  • CIBECCHINI Franca, Pour une nouvelle carte des épaves à dolia : Ouest Giraglia 2, Diano Marina et le commerce du vin en vrac en Méditerranée occidentale, in : C. Carrato et F. Cibecchini , Nouvelles recherches sur les dolia. L’exemple de la Méditerranée nord-occidentale à l’époque romaine (Ier s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.). Actes de la table ronde tenue à Aspiran les 26 et 27 septembre 2013, Montpellier, 2020, p. 163-196.
  • MARLIER Sabrina, L’architecture et l’espace de navigation des navires à dolia : une synthèse sur la question, in : C. Carrato et F. Cibecchini, Nouvelles recherches sur les dolia. L’exemple de la Méditerranée nord-occidentale à l’époque romaine (Ier s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.). Actes de la table ronde tenue à Aspiran les 26 et 27 septembre 2013, Montpellier, 2020, p. 207-220.
  • MASSY J.-L., Amphore à moitié pleine ou à moitié vide ? Les apports de l'archéologie sous-marine en Corse à la connaissance de l'Antiquité (1950-2012), Cahiers d’Archéologie Subaquatique, 20, Fréjus, 2013, 212 p.
  • SCIALLANO Martine, Barcaggio : épave La Giraglia, Bilan Scientifique du DRASSM, 1997, p. 81.
  • SCIALLANO Martine, Épave de la Giraglia, Bilan Scientifique du DRASSM, 1999, p. 70-72.
  • SCIALLANO Martine, Haute-Corse, au large d’Ersa : Giraglia, Bilan Scientifique du DRASSM, 1995, p. 60.
  • SCIALLANO Martine, Épave La Giraglia, Bilan Scientifique du DRASSM, 1998 , p. 56.

Photos

Vue sous-marine du site en 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ) Vue sous-marine du site en 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)
  Dolia in situ, vue du site en 1998  (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Plongeur utilisant la suceuse à eau lors de la campagne de fouilles de 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)
  Sondage lors de la campagne de fouilles en 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)
  Fragments de membrures découverts lors de la fouille de 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)
  Plongeur sur le site lors de la campagne de fouilles de 1998 (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)
  Le site en 1999 après déplacement des dolia D2 et D5. Au premier plan D4, à l'arrière D3 et D1 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Vue de l'épave en cours de dégagement lors de la campagne de fouilles de 1999 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Le site lors des fouilles de 1999, dégagement de bois près du dolium D3 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Le site lors des fouilles de 1999 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Dégagement de la coque à l'aide d'une suceuse lors de la campagne de fouilles de 1999 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Plongeurs dégageant la coque à l'aide d'une suceuse (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Cadre métallique servant de support pour l’appareil photo (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Dégagement à l'aide de la suceuse lors de la campagne de fouilles de 1999 (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Réparations en plomb sur un fragment de dolium (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo)
  Dolium piriforme in situ (Cliché F. Bassemayousse © F. Bassemayousse/Mi-air-mi-eau-photo) Estampille et contremarque imprimées sur le Dolium 2 (dessin M. Sciallano, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 127, fig. 17) Cols, pointes et panse d'amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise (dessin M. Sciallano, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 128, fig. 19) Estampille et graffito sur amphores de type indéterminé (dessin M. Sciallano, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 131, fig. 23) Quelques estampilles de Dressel 2-4 de Tarraconaise (cliché H. David © H. David, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 131, fig. 24) Marque RVSTI sur pointe d’amphore Dressel 2-4 ; marque MP sur amphore de type indéterminé (d'après Massy 2013, p. 83, fig. 32) Deux coupelles en verre (dessins D. Foy, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 133, fig. 26) Coupes et coupelles de céramique arétine et marque THALI (dessin L. Rivet - cliché J. Chiapetti © J. Chiapetti, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 133, fig. 25) Marque THALI sur un fond de sigillée arétine (© Archives Drassm) Petit couvercle de doliolum (© Archives Drassm) Fond et couvercle de doliolum et deux des couvercles de dolia (dessins M. Sciallano, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 121, fig. 12) Estampilles et graffiti sur pointes d'amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise (dessins M. Sciallano, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 129, fig. 21) Estampilles et graffiti sur pointes d'amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise (dessins M. Sciallano, Marlier, Sciallano 2008, p. 130, fig. 22) Photocouverture du bois dégagé dans la partie centrale du gisement (clichés et montage J. Chiapetti, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 134, fig. 27) Vue du site en cours de dégagement. Couvercles de dolia à l'est, au nord et au nord-est de D1. Membrures en place (clichés et photomontage J. Chiapetti, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 122, fig. 14) Plan du site (relevés J.-M. Gassend, R. Holtzinger, S. Manier, M. Sciallano ; DAO F. Marty ; d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 117, fig. 6) Relevé des vestiges de la coque (dessin S. Marlier, d'après Marlier, Sciallano 2008, p. 136, fig. 29) Remontée du jas d'ancre (Cliché J.-P. Juan, d'après Marlier Scilliano 2008) Le port de Barcaggio (Cliché C. Durand © C. Durand/CCJ)