Bonaparte

Épave de navire
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

Base de la cheminée du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM)

L’épave du Bonaparte, premier vapeur propulsé par hélice construit en Méditerranée, gît à plus de 400 m de profondeur à quelques milles au sud de l’île de Capraia. Il a fait naufrage le 14 octobre 1847, suite à une collision avec le Comte de Paris appartenant à la même compagnie. L’épave a été explorée à l’aide de robots sous-marins (ROV).

Histoire du site

Image sonar de l'épave prise par l'AUV entourée de sillons dus aux passages des chalutiers, campagne de 2014 (© DRASSM)

En 2013, l’ingénieur italien Guido Gay signale au DRASSM une épave à plus de 400 m de profondeur. La visibilité est mauvaise mais l’épave pourrait, selon lui, correspondre à celle d’un sous-marin anglais très recherché, le Saracen. Les deux expertises dirigées par le DRASSM en 2013 et 2014, la découverte d’une lanterne sur le gisement et les recherches en archives menées par Franca Cibecchini ont permis de démontrer qu’il s’agit en réalité de l’épave du vapeur le Bonaparte. L’expertise de 2014 a été conduite avec le soutien du célèbre Octopus de Paul Allen. 

La lanterne dépassant du sédiment, vue sous-marine de 2013 (Cliché du ROV Copetech © DRASSM)

Guido Gay, découvre, à plus de 400 m de profondeur, une épave. Il l’identifie, dans un premier temps, comme le sous-marin anglais qu’il recherche, le HMS Saracen. D’après les premières images obtenues, il s'agirait d'un navire d’environ 60 m de longueur, avec une coque assez fuselée et étroite qui aurait pu correspondre à celle d’un sous-marin. Toutefois, les images ne sont alors pas assez claires et elles ne permettent pas d’identifier le site avec certitude. 

Le DRASSM organise rapidement une première expertise sur la mystérieuse épave, sous la direction de Franca Cibecchini et Michel L’Hour, en décembre 2013. Malgré la très mauvaise visibilité, grâce au ROV Perseo (Copetech) une série d’objets de la dotation de bord du navire refait surface : une cuvette de toilette en porcelaine, un fragment de grand plat en porcelaine et une lanterne de marine en laiton et verre avec la marque « Atin Santi, opticien Marseille » bien lisible. Des recherches en archives révèlent qu’il s’agit d’une maison d’opticiens active à Marseille dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cet élément chronologique permet de confirmer que l’épave est bien plus ancienne que le HMS Saracen

À côté de l’épave, on remarque un objet très curieux apparemment en bronze, une sorte de bombonne métallique connectée à des tuyaux, eux aussi en bronze.

En 2014, une seconde mission est organisée par le DRASSM, en collaboration avec Paul Allen et son navire l’Octopus. Les images acoustiques produites par l’AUV de l’Octopus et celles acquises avec un ROV de haute définition montrent que l’épave ne présente pas un profil de sous-marin et que certains éléments sont en bois, dont un grand mât. La calibration des images acquises durant la mission permet d’ailleurs de préciser la longueur réelle de l’épave, 37 m. 

Ainsi les images de l’épave ont permis de réviser l’identification initiale et proposer celle d’un bateau à propulsion mixte, vapeur et voiles, de la moitié ou seconde moitié du XIXe siècle, potentiellement l’un des bateaux qui assuraient alors la liaison entre la Provence et Bastia ou Livourne. Le travail de recherches aux Archives de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Marseille (CCIM) mené par Franca Cibecchini avec l’aide de Jean Luc Ramonimo (CCIM) a permis d’établir qu’il s’agissait de l’épave du Bonaparte

 

Cargaison, mobilier et vie à bord

Cuvette de toilette de l'épave du Bonaparte (15 octobre 1847) : Porcelaine, 15,5 x 33 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 4669 (© J. A. Bertozzi)

La lanterne de marin et/ou lampe fanal, découverte sur le site porte une plaque avec le nom de l’opticien, toujours en place et bien lisible : « A.TIN SANTI, OPTICIEN MARSEILLE ». Cette inscription a été un des premiers indices sur la piste de l’identification de l’épave : « Augustin Santi, opticien à Marseille », du XIXe siècle.   

Les missions d’expertise menées par le DRASSM ont par ailleurs permis de remonter quelques éléments de dotation de bord du Bonaparte soit une cuvette de toilette, un bol, un grand plat ovale en porcelaine et une bouteille en verre. Il s’agit sans doute de la vaisselle utilisée à bord du petit paquebot.

Restauration de la lentille de la lanterne du Bonaparte (©F. Nicot/Moïra Conservation)

La lanterne de marin et/ou fanal, en alliage cuivreux (laiton), dispose encore de sa poignée et de deux verres encore en place : un verre blanc lenticulaire et un verre rouge plat. D’une hauteur de 47 cm et d’environ 25 cm de diamètre, une plaque avec le nom de l’opticien est toujours en place et bien lisible : « A.TIN SANTI, OPTICIEN MARSEILLE ». Il s’agit du premier indice ayant permis l’identification de l’épave. En effet, la maison Santi et Cie, fondée en 1830, est implantée au 6 de la rue Saint Ferréol à Marseille comme l’indique un encart publicitaire retrouvé sur le journal du Sémaphore de Marseille d’octobre 1847. 

Récupérée par ROV sur le site, elle témoigne de l’usage à bord, de placer la nuit des feux de navigation permettant de localiser et également marquer la direction de la proue. Au moment de sa redécouverte par le DRASSM, la lanterne était posée en surface du site. Cet indice nous amène à penser qu’au moment du naufrage, elle était probablement sur le pont. Et par conséquent, il semblerait que le naufrage aurait eu lieu durant la nuit. 

Suite à la remontée de la lanterne, les gestes de conservation préventive ont été assurés, mais un travail de restauration semblait nécessaire. Il manque, par exemple, les trois quarts du métal. Ces lacunes affaiblissent la structure générale de l’objet dont le fond est manquant. Après sa sortie de l’eau, la lanterne présentait aussi des altérations physiques (cassures des éléments en verre, fissures du métal), chimiques (métal concrétionné sur la majorité de sa surface, carbonates, oxydes et hydroxydes de cuivre) et biologiques (fin film de micro-organismes). Les interventions de restauration réalisées par la restauratrice Frédérique Nicot de Moïra conservation ont permis la stabilisation généralisée de la corrosion, l’élimination des concrétions et des produits de corrosion ainsi qu’un travail de consolidation. 

Le bateau et son gréement

Le Bonaparte est un paquebot à propulsion mixte, à voile et vapeur. Premier vapeur avec propulsion à hélice de Méditerranée, il a été construit par les chantiers Benet de La Ciotat en 1847, sur commande de la Compagnie Valery et Frères de Bastia. Ce navire, doté d’une coque longue de 45 mètres, possède une capacité de 175 tonneaux et une puissance de 100 chevaux. Il est armé à La Ciotat le 15 mai 1847, prêt à assurer la Ligne Marseille – Bastia – Livourne.

Base de la cheminée du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM)

Les images prises avec le ROV ont permis de noter la présence d’éléments en bois à l’intérieur de la coque, à l’avant de l’épave, avec un grand mât. La structure centrale, d’abord interprétée comme un kiosque de sous-marin, correspond en réalité à la partie interne d’une chaudière double : les deux dômes de vapeur embrassent un orifice rond.

En avant de cet orifice, un tube en bronze terminé par une collerette, permettait l’évacuation de la vapeur, prolongé par d’autres segments et terminé par une structure en forme de capsule. Le mystérieux objet en bronze observé en 2013 et 2014 sur la vase à côté de la coque ne serait donc que le sifflet du vapeur, un élément qui se trouve souvent dressé à côté de la cheminée centrale. Ces éléments apparaissent sur le sédiment, à côté de l’épave. 

Encadrant la chaudière, des structures rectangulaires, sortes de caissons métalliques, se prolongent vers l’arrière. Ce sont sans doute des soutes à charbon. 

Les vestiges de filet de pêche sur la chaudière confirment que l’épave a subi le passage d’un chalut qui aurait arraché la cheminée.

Le contexte historique et les données d'archives

Le Bonaparte part de Bastia le 14 octobre 1847 à 22h sous le commandement du capitaine Jean Vincent Bugliani, avec 18 hommes d’équipage et 26 passagers, destination Livourne. Il bénéficie d’une mer calme et d’une petite brise sud-sud-est. Vers minuit, le second capitaine, alors de quart, aperçoit le feu de position d’un navire venant en sens inverse. Il s’agit du Comte de Paris, bateau à vapeur de la même compagnie allant de Livourne à Bastia et transportant 161 passagers. Suite à des manœuvres mal coordonnées, l’abordage ne peut être évité. Une importante voie d’eau s’ouvre dans la coque du Bonaparte dont 25 passagers sur 26 et 16 membres d’équipage sur 18 seront sauvés et pris en charge sur le Comte de Paris

 

La Compagnie Valery est, dans la seconde moitié du XIXe siècle, un élément essentiel du développement économique de la Corse, et en particulier du Cap Corse. À ses débuts, en 1835, la compagnie possède 4 voiliers, en 1861 elle compte une flotte de 3 voiliers et 14 vapeurs. En 1879, 27 vapeurs sont armés par la Compagnie, en Méditerranée, sur la mer Noire, l’océan Indien, le long des côtes d’Afrique et jusqu’en Nouvelle-Calédonie. Elle est alors le deuxième armement français. Dans le cadre de son activité, la compagnie assure de nombreuses liaisons : passagers, marchandises, transport de matières premières pour les industriels, liaisons postales, transports de saisonniers, etc. Ainsi, en son temps, la Compagnie Valery Frères puis Valery Frères et Fils aura été un pilier du fret maritime, en particulier en Méditerranée.

La perte du Bonaparte, fleuron de la compagnie Valery et Frères fut un véritable drame pour la Compagnie. Le vapeur n’avait été armé que cinq mois auparavant et la Compagnie ne l’avait pas encore assuré. 

La narration de son naufrage a ainsi été largement rapportée par la presse. On y découvre notamment un article exalté relatant le courage héroïque d’un passager corse qui, dans la confusion, est venu en aide à quatre femmes anglaises, une mère et ses trois filles et les a menées en sécurité, à bord du Comte de Paris. Il tentera aussi de sauver un homme endormi dans sa couchette, mais sans succès. 

Lieux d'exposition du mobilier

Vaisselle du Bonaparte : Plat oval (15 octobre 1847) [porcelaine, 5 x 33,7 x 22,7 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30471] ; Bol (15 octobre 1847) [porcelaine, 6,7 x 33,7 x 12,7 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30470] ; Bouteille (15 octobre 1847)  [verre, 29 x 8 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30064] (© J. A. Bertozzi)

Musée national de la Marine - Palais de Chaillot, 17 place du Trocadéro - 75116 Paris

Le musée est actuellement fermé pour rénovation, suivez les actualités de la rénovation sur les réseaux sociaux et le site. Pour toute question, veuillez contacter le 01 53 65 69 69.

 

Quelques curiosités

  • Du 15 septembre 1835 au 12 février 1854, sous la raison sociale Joseph et Frères Valery, puis du 13 février 1854 au 31 décembre 1882 en tant que Valery Frères et Fils, la compagnie Valery dénombre 11 naufrages parmi les 53 navires de son armement (3 voiliers et 8 vapeurs). 

  • Parmi les passagers du Comte de Paris se trouvait alors Joseph Valery, co-fondateur et co-gérant de la compagnie, il fera un rapport circonstancié du drame le 18 octobre 1847 devant les actionnaires de la Compagnie.

  • Après le décès soudain de Joseph Valery fils, sa dépouille est ramenée à Bastia à bord du vapeur Insulaire de la compagnie. La ville est en deuil, les boutiques sont fermées, les drapeaux sont en berne sur les édifices publics et aux mâts des navires. 

  • En 2015, l’épave du sous-marin anglais HMS Saracen a finalement été découverte par Guido Gay à 430 m de fond, au large du Cap Corse, un peu plus au sud, vers Miomo, dans les eaux territoriales italiennes. 

Pays France
Aire marine protégée Parc Naturel Marin du Cap Corse et de l'Agriate
Département Haute-Corse
Commune Rogliano
Lieu-dit Entre le cap Corse et l’île Capraia
Code EA 303099
Nature du site Épave de navire
Chronologie Période contemporaine
Indicateur de période Archives, mobilier
Structures Coque, mobilier divers
Mobilier Amphores :
Céramiques : Cuvette de toilette, bol, grand plat en porcelaine
Autre : Bouteille en verre ; lanterne
Lieu d'exposition Musée national de la marine, Paris
Contexte Géologie : vase
Situation : immergé
Profondeur : - 400 m
Historique des recherches Déclaration : 2013 - Guido Gay
Expertise: 2013 - 2014 - DRASSM
Opérations: 2013 - 2014 -DRASSM, Octopus de Paul Allen (prospections) sous la direction de M. L’Hour et F. Cibecchini
Commentaires

Bibliographie essentielle

  • BOIS Paul, Armements marseillais : compagnies de navigation et navires à vapeur (1831-1988), Éd. Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, 2, Marseille, 1988, 447 p.
  • CIBECCHINI Franca, Découverte et identification du vapeur Bonaparte, Secrets d’épaves : 50 ans d’archéologie sous-marine en Corse. Catalogue d’exposition (Musée de Bastia, 8 juillet-23 décembre 2017), Bastia, 2017, p. 83-85.

Pour approfondir

  • CIBECCHINI Franca, Carte archéologique de la Corse, Bilan Scientifique du DRASSM, 2013, p. 100-102.
  • CIBECCHINI Franca, Carte archéologique de la Corse, Bilan Scientifique du DRASSM, 2014, p. 98-101.
  • LICCIA Marcel, Une famille d’armateurs corses du XIXe siècle, Les Valery de Brando, Mare nostrum : les Corses et la mer. Catalogue d'exposition (Corte, Musée de la Corse, 2 juillet-30 décembre 2011), Corte : Musée de la Corse ; Ajaccio : Albiana, 2011, p. 266-273.
  • LICCIA Marcel, La Compagnie Valery et les naufrages à l’âge de la vapeur, Secrets d’épaves : 50 ans d’archéologie sous-marine en Corse. Catalogue d’exposition (Musée de Bastia, 8 juillet-23 décembre 2017), Bastia, 2017, p. 75-81.

Photos

À bord de l'André Malraux, campagne de 2013 (© F. Cibecchini/DRASSM) Mise à l'eau de l'AUV de l'Octopus, campagne de 2014 (© F. Cibecchini/DRASSM) Image sonar de l'épave prise par l'AUV entourée de sillons dus aux passages des chalutiers, campagne de 2014 (© DRASSM) Mise à l'eau du ROV de l'Octopus, campagne de 2014 (© F. Cibecchini/DRASSM) Mise à l'eau du ROV de l'Octopus, campagne de 2014 (© F. Cibecchini/DRASSM) Mise à l'eau du ROV de l'André Malraux, campagne de 2013 (© F. Cibecchini/DRASSM) Contrôle du ROV et de l'AUV depuis l'André Malraux, campagne de 2013 (© F. Cibecchini/DRASSM) La lanterne dépassant du sédiment, vue sous-marine de 2013 (Cliché du ROV Copetech © DRASSM) Le mobilier sous la vase, vue sous-marine de 2013 (Cliché du ROV Copetech © DRASSM) Détail d'une des cuvettes de toilette sur le fond, vue sous-marine  de 2013 (Cliché du ROV Copetech © DRASSM) Base de la cheminée du Bonaparte, vue sous-marine de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Base de la cheminée du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie centrale du Bonaparte, campagne de 2014  (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie centrale du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie centrale du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie centrale du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie avant du Bonaparte et ses structures en bois, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Détail de la partie avant du Bonaparte et ses structures en bois, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Posé sur le fond, un élément du sifflet en bronze de la cheminée à vapeur du Bonaparte, campagne de 2014 (Cliché du ROV de l'Octopus © DRASSM) Prise de l'empreinte de la lanterne (© S. Cavaillon / DRASSM) Prise de l'empreinte de la lanterne (© S. Cavaillon / DRASSM) Vaisselle du Bonaparte : Plat oval (15 octobre 1847) [porcelaine, 5 x 33,7 x 22,7 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30471] ; Bol (15 octobre 1847) [porcelaine, 6,7 x 33,7 x 12,7 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30470] ; Bouteille (15 octobre 1847)  [verre, 29 x 8 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 30064] (© J. A. Bertozzi) Cuvette de toilette de l'épave du Bonaparte (15 octobre 1847) : Porcelaine, 15,5 x 33 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 4669 (© J. A. Bertozzi) La lanterne du Bonaparte avant restauration (©F. Nicot/Moïra Conservation) La lanterne du Bonaparte avant restauration (©F. Nicot/Moïra Conservation) La lanterne du Bonaparte avant restauration (©F. Nicot/Moïra Conservation) Restauration de la lentille de la lanterne du Bonaparte (©F. Nicot/Moïra Conservation) Étapes de la restauration de la marque de la lanterne du Bonaparte (©F. Nicot/Moïra Conservation) La marque de la lanterne du Bonaparte (©F. Nicot/Moïra Conservation) La lanterne du Bonaparte après restauration [alliage cuivreux et verre, 47 x 25 cm, Expertise F. Cibecchini, Drassm-MCC, n°inv. 4662] (© F. Osada)

Médias