Liste des sites

Trier Trier Site Trier Trier Nature Trier Trier Période Trier Trier Dép.
Arles-Rhône 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Bataiguier Épave de navire Période médiévale Alpes-Maritimes
Bonaparte Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Capo Sagro 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Dramont E Épave de navire Antiquité Var
Écueil de Miet 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Fourmigue C Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Francesco Crispi Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Giraglia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Grand Congloué 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Congloué 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Saint-Antoine Épave de navire Période moderne Bouches-du-Rhône
Heinkel 111 Épave d'aéronef Période contemporaine Alpes-Maritimes
La Love Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Liban Épave de navire Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-38 de Saint Exupéry Épave d'aéronef Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-47 Meria Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
Pointe de la Luque 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Rubis Épave de sous-marin Période contemporaine Var
Sainte-Dorothéa Épave de navire Période moderne Alpes-Maritimes
Sud Caveaux 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Titan Épave de navire Antiquité Var
Tour d'Agnello 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Tour Sainte Marie 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse

Francesco Crispi

Épave de navire Voir sur la carte
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

Photographie du Francesco Crispi en 1925 (Auteur inconnu, MCR/96/28 © Maritime Museum Liverpool)

L’épave du Francesco Crispi fut découverte en 2015, au large de Bastia, à plus de 500 mètres de profondeur. Fleuron de la marine marchande italienne, le paquebot fut coulé le 19 avril 1943, par le sous-marin britannique HMS Saracen, alors qu’il acheminait des renforts pour les troupes militaires italiennes en Corse. Avec plus de 900 victimes, il s’agit d’une des plus grandes tragédies maritimes de guerre pour l’Italie.

Histoire du site

Vue sur les coursives (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

C’est Guido Gay, un ingénieur roboticien italien passionné par la recherche sous-marine, qui découvre l’épave en mai 2015. Suite à cette découverte, le DRASSM organise une mission robotique pour documenter le site avec pour objectif, entre autres, de confirmer l’identité du navire. À cette occasion, l’inventeur et une délégation du Ministère de la Culture italien ont été invités à bord du navire du DRASSM.
Grâce à la collaboration entre le DRASSM et la Stanford University, le robot humanoïde Ocean One K explore à nouveau l’épave en février et en juillet 2022. Il est assisté par le robot Arthur, le dernier ROV du DRASSM, et travaillent tous les deux pour la première fois à la profondeur de 500 mètres.
Le navire est recouvert de spectaculaires colonies de coraux d’eau froide. Un échantillon d’une des deux espèces identifiées, Lophelia (ou Desmophyllum pertusum), a été prélevé lors de la dernière la campagne.

La proue du Francesco Crispi colonisée par les coraux (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

Les deux campagnes d'exploration du Francesco Crispi avec le robot Ocean One K ont été co-dirigées par Franca Cibecchini, Michel L'Hour (DRASSM) et Oussama Khatib, directeur du Stanford Robotics Lab de la Stanford University.
Le ROV Arthur a été conçu et construit grâce à une étroite collaboration entre Vincent Creuze du LIRMM et le DRASSM. Capable de plonger à 2500 m de fond, il a filmé toutes les opérations sur le Francesco Crispi.

La reconnaissance des espèces de coraux d’eau profonde (Desmophyllum pertusum et Desmophyllum dianthus), qui recouvrent les parties supérieures du navire, et le prélèvement d'un petit échantillon ont été effectués grâce à la collaboration de Nadine Lebris du Laboratoire d'ECOgéochimie des environnements benthiques (LECOB/CNRS-Sorbonne Université).

 

Cargaison, mobilier et vie à bord

Vue sur le pont principal (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

Lorsqu’il a coulé, torpillé par le sous-marin britannique Saracen, le navire avait à son bord 1300 marins et soldats, principalement issus du corps des Granatieri di Sardegna. Ce drame a coûté la vie à plus de 900 hommes dont beaucoup de recrues très jeunes. Le Francesco Crispi transportait également des armes, trente-six canons, des munitions mais dont aucune trace n’a été décelée lors de l’exploration de l’épave par le ROV.

Le bateau et son gréement

Vue sur le pont du Francesco Crispi avec les restes de cordages quasiment intacts (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

Le paquebot de 7600 tonnes mesurait 136 m de long et 16 m de large. La grande profondeur de l’épave n’a pas permis d’effectuer de fouilles ou sondages. Les images du ROV et le très bon état de conservation de l’épave, particulièrement sur sa partie avant, ont néanmoins permis de distinguer précisément plusieurs éléments du navire.

Vue de la cassure au centre du bateau avec les toilettes visibles (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

Les images du ROV suggèrent que le paquebot a violemment heurté le fond lorsqu’il a coulé. Sur l’avant, la proue est profondément enfoncée dans la vase et l’étrave est recouverte par les sédiments. Une importante cassure bien visible aux deux-tiers du navire, pourrait être due à la rupture de la carène suite à l’explosion des torpilles qui l’ont touchée. Le navire peut aussi s’être cassé après que l’étrave se soit enfoncée dans la vase.

Malgré cela, l’épave est particulièrement bien conservée. Les grands salons, dont les vitres des fenêtres sont encore en place, et les coursives extérieures qui les contournent sont aisément reconnaissables. De nombreux hublots sont également intacts sur toute la carène. Il est même possible de voir des toilettes dans la zone où le paquebot est éventré.

Le contexte historique et les données d'archives

Vue du gaillard d’avant (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)

Le Francesco Crispi, nom donné en hommage à l’ancien président du Conseil des ministres d’Italie, a été livré le 28 décembre 1926 par le chantier Ansaldo San Giorgio del Muggiano de La Spezia à la Compagnia italiana transatlantica (Citra) de Gênes. Initialement destiné au transport de passagers, il a principalement servi sur la route maritime qui relie l’Italie à l’Afrique Orientale Italienne (OAI).

Réquisitionné par les autorités italiennes durant la Seconde Guerre mondiale, il servait désormais au transport des troupes militaires. Le 19 avril 1943, il faisait route vers Bastia afin de porter des renforts aux troupes italiennes en Corse et empêcher l’île, point stratégique essentiel, de tomber aux mains des Alliés, lorsque le sous-marin britannique le HMS Saracen l’a torpillé.

L'officier radio Pierre Griffi (© ANACR Corse-du-Sud)

Selon les archives historiques de la Marine italienne, le Francesco Crispi a sombré en moins de 16 minutes, entraînant dans son naufrage 943 des 1300 personnes embarquées, ce qui lui valut le surnom de « paquebot de la mort ».

C’est Pierre Griffi, un résistant corse, qui informe le HMS Saracen de la position du Francesco Crispi. Capturé par les Allemands le 9 juin 1943, c’est lors de son procès, le 14 août, qu’il révèle que c’est grâce à lui que le navire a été coulé. Il dira lors de son procès « Je sais que je vais être fusillé et je n'ai qu'un seul regret si près de la Libération. C'est celui d'avoir été capturé et de ne plus pouvoir vous faire du mal ».  Il sera fusillé quatre jours plus tard. La Corse sera libérée le 4 octobre 1943.

Lieux d'exposition du mobilier

In situ

Quelques curiosités

Le sous-marin britannique le Saracen (Royal Navy official photographer/Imperial War Museum © IWM FL 9631)

- Le HMS Saracen sera repéré par la Marine italienne le 13 août 1943, soit quatre mois après le naufrage du Francesco Crispi, entre l’île d’Elbe et le Cap Corse. Touché par les grenades de deux corvettes italiennes, l’équipage décide de saborder le sous-marin afin d’éviter sa capture. Son épave a été retrouvée en juin 2015, soit un mois après celle du Francesco Crispi. Les deux navires gisent tous les deux entre la Corse et l’Italie, à seulement dix milles marins l'un de l'autre.

- Lors de la mission de 2015, le robot sous-marin a déposé sur le pont de l’épave une médaille en honneur des Granatieri di Sardegna en mémoire des victimes du naufrage.

Pays France
Aire marine protégée Parc Naturel Marin du Cap Corse et de l'Agriate
Département Haute-Corse
Commune Bastia
Lieu-dit Au large de Bastia, au large de la commune de San Martino di Lota
Code EA 304232
Nature du site Épave de navire
Chronologie Période contemporaine
Indicateur de période Archives, structures du navire
Structures Coque, accastillage, ancre
Mobilier Amphores : -
Céramiques : -
Autre : -
Lieu d'exposition In situ
Contexte Géologie : vase
Situation : immergé
Profondeur : - 500 m
Historique des recherches Déclaration : 2015 - Guido Gay
Expertise: 2015 - F. Cibecchini (DRASSM)
Opérations:
Commentaires
Rédacteur

Bibliographie essentielle

  • CIBECCHINI Franca, L'HOUR Michel, Le paquebot Francesco Crispi, au large de Bastia, EA 4232, Bulletin scientifique du Drassm 2015, 2021, p. 118-119
  • GERINI Ugo, La tragedia del Crispi, Luglio editore, Trieste, 2015, 116 p.

Photos

La proue du Francesco Crispi colonisée par les coraux (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue du flanc de l'épave avec ses hublots encore intacts (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue de la proue du navire avec son ancre presque enfouie dans le sédiment (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue sur le pont du Francesco Crispi avec les restes de cordages quasiment intacts (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Eléments d'accastillage sur le pont du navire, notamment les treuils pour les mâts de charge (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue du gaillard d’avant (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue du gaillard d’avant (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue sur le pont principal (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Coursive latérale avec les fenêtres encore en place qui donnaient sur les grands salons du paquebot (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue de la cassure au centre du bateau avec les toilettes visibles (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue de la cassure au centre du bateau avec les toilettes visibles (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM)   Vue sur les coursives (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Vue sur les coursives (Cliché de la vidéo du ROV © DRASSM) Photographie du Francesco Crispi en 1925 (Auteur inconnu, MCR/96/28 © Maritime Museum Liverpool) L'officier radio Pierre Griffi (© ANACR Corse-du-Sud) Le sous-marin britannique le Saracen (Royal Navy official photographer/Imperial War Museum © IWM FL 9631)

Médias