Liste des sites

Trier Trier Site Trier Trier Nature Trier Trier Période Trier Trier Dép.
Arles-Rhône 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Bataiguier Épave de navire Période médiévale Alpes-Maritimes
Bonaparte Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Bouée Borha 2 Autre gisement Période contemporaine Bouches-du-Rhône
Capo Sagro 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Dramont E Épave de navire Antiquité Var
Écueil de Miet 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Fourmigue C Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Francesco Crispi Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Giraglia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Grand Congloué 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Congloué 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Saint-Antoine Épave de navire Période moderne Bouches-du-Rhône
Heinkel 111 Épave d'aéronef Période contemporaine Alpes-Maritimes
Insuma Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Jas d'ancre de Sormiou Autre gisement Antiquité Bouches-du-Rhône
Jeanne-Elisabeth Épave de navire Période moderne Hérault
La Love Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Le Caducée (Bugho 2) Autre gisement Antiquité Haute-Corse
Liban Épave de navire Période contemporaine Bouches-du-Rhône
Macinaggio 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Madrague de Giens Épave de navire Antiquité Var
Mortella 2 Épave de navire Période moderne Haute-Corse
Mortella 3 Épave de navire Période moderne Haute-Corse
Ouest Giraglia 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
P-38 de Saint Exupéry Épave d'aéronef Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-47 Meria Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
P-47 Santa Severa Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
Plane 3 Épave de navire Période médiévale Bouches-du-Rhône
Pointe de la Luque 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Port-Miou C Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Punta Vecchia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Rubis Épave de sous-marin Période contemporaine Var
Sainte-Dorothéa Épave de navire Période moderne Alpes-Maritimes
Sud Caveaux 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Titan Épave de navire Antiquité Var
Tour d'Agnello 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Tour d'Agnello 2 Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Tour Sainte Marie 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse

Ouest Giraglia 2

Épave de navire Voir sur la carte
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

Le Nosy Be Too à la sortie du port en 2010 (© T. Seguin/DRASSM)

Découverte en 2008, l’épave Ouest Giraglia 2 gît par 34 m de profondeur à l’extrémité du Cap Corse, à l’ouest de l’île Giraglia. Les recherches menées sur l’épave ont permis de mettre au jour plusieurs dolia et de mener une étude fondamentale sur ce type de navire dédié au commerce du vin en vrac et sur la chronologie de ce phénomène du début de l’Empire.

Histoire du site

Étapes de la remontée de prélèvement d'un élément de la coque de l'épave (© T. Seguin/DRASSM)

Déclarée en 2008 par Jean-Michel Minvielle, l’épave Ouest Giraglia 2 a bénéficié d’une expertise l’année suivante. Celle-ci a permis de révéler l’importance de l’épave avec une coque particulièrement bien conservée. Au vu de ces premiers résultats et des risques de pillages, trois campagnes de fouilles dirigées par le DRASSM ont été organisées entre 2010 et 2012. Elles fournissent l’essentiel des données connues aujourd’hui sur la cargaison et la coque. La campagne de recherche de 2012 a été réalisée avec la même équipe mais dans le cadre de la carte archéologique de la Corse. Cette campagne a permis d’effectuer une couverture sonar de l’épave et de réaliser une couverture photogrammétrique sur les deux dolia entiers et les plus grands fragments.

En 2009 l’expertise du site, réalisée sous la direction de l’inventeur avec la collaboration de Martine Sciallano, avait permis de relever l’importance de la partie conservée de la coque, constituée de 29 éléments de membrure, et la présence de deux dolia entiers en plus de plusieurs fragments. Les trois campagnes successives, dirigées par Franca Cibecchini (DRASSM), Sabrina Marlier (Arkaeos) et Jean-Michel Minvielle (FFESSM), avec la collaboration de Carlos De Juan (Université de Valencia) et portées par l’association Arkaeos, ont été de nature différentes : des fouilles de la durée d’un mois en 2010 et 2011 et deux semaines de sondage et documentation en 2012.

Cargaison, mobilier et vie à bord

Remontée de dolium avec l'aide d'un parachute, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM)

Les fouilles ont permis de restituer une cargaison de quatorze dolia dont deux entiers. Neuf d’entre eux étaient timbrés, constituant ainsi le plus riche ensemble de timbres connus sur ce type de navire avec ceux découverts sur l’épave de Diano Marina en Ligurie. Une cinquantaine d’amphores à vin provenant de Tarraconaise, la Catalogne actuelle, complétait cette cargaison ainsi que quelques amphores à vin de production campanienne.
Le gisement a subi des pillages importants et a souffert des chalutages qui ont dispersé les amphores et les dolia. En dehors de ce chargement majoritaire, peu d’éléments ont échappé au pillage : seuls les concrétions de deux lingots de fer dont un avec un timbre, un plomb de sonde, un élément en bronze de la pompe de cale, au moins deux ancres fragmentaires en fer et un petit fragment de lampe à vernis noir ont été retrouvés.

Timbre de dolium (© T. Seguin/DRASSM)

Avec neuf timbres in planta pedis appartenant à six personnages différents, l’épave Ouest-Giraglia 2 présente le corpus le plus abondant de timbres sur dolia découverts sur une même épave, avec celui de l’épave Diano Marina en Ligurie. Dans trois cas, ils sont accompagnés d’une contremarque, de forme carrée, apposée à proximité du timbre principal. À l’exception de deux exemplaires, tous les timbres renvoient à la famille des Pirani de Minturnes (Latium) dont le nom a déjà été retrouvé sur plusieurs épaves chargés de dolia venant d’Espagne ou d’Italie. La particularité des timbres de l’épave Ouest Giraglia 2 est qu’ils regroupent presque tous les membres connus de la famille des Pirani. Ce constat a conduit à avancer la date du naufrage de certaines épaves à dolia et à réduire l’écart entre les différentes générations d’artisans à une quarantaine d’années.
L’origine des personnages attestés par les timbres et les analyses pétrographiques des pâtes céramiques convergent pour localiser dans la région de Minturnes la production principale, voire la seule, des dolia maritimes placés dans les cales de ces navires spécialisés.
Les analyses pétrographiques des amphores, toutes de type Dressel 3, et l'analyse des timbres, suggèrent qu’elles proviennent de différents ateliers situés dans la région du Maresme, dans la province de Barcelone, et notamment à l’embouchure du Besos où plusieurs ateliers ont été découverts. Le vin qu’elles transportaient provenait probablement de la même région, c’est-à-dire du centre de la Léétanie, une des principales zones de production de vin de la Tarraconaise. Les dolia transportaient probablement du vin originaire de ces mêmes zones de production mais on ne peut complètement exclure la possibilité d’autres lieux d’approvisionnement situés sur la route de navigation du navire.
Grâce aux analyses pétrographiques des couvercles de dolia retrouvés dans les épaves, on sait que ceux-ci ne proviennent pas nécessairement de la même région que les dolia et qu’il est probable que des étapes aient eu lieu en cours de route pour le déchargement ou le chargement de vins divers.

Le moulage de la concrétion d’une barre de fer récupérée sur l’épave permet de restituer le timbre d’un personnage nommé [L]ICINIA(nus), jusque-là inconnu parmi les producteurs de fer.

Le bateau et son gréement

Vue sous-marine de l'épave, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM)

Une partie de la coque du navire était conservée sur une longueur de 7,10 m et une largeur maximale de 3 m. Elle comprend une section de la quille, les premières virures de bordé (cinq virures conservées d’un côté et neuf virures conservées de l’autre) et vingt-neuf pièces de varangues. L’étude de la coque a permis de mieux comprendre la construction de ce type de navire à vocation très spécialisée. Il s’agit en effet d’un système architectural particulier qui se caractérise par une quille plate, un léger retour de galbord déterminant des fonds plats associés à une succession de longues varangues plates, destiné à recevoir de lourds conteneurs. Cette architecture permettait d’allier une navigation maritime à une navigation dans les eaux moins profondes, en milieu fluvial.

Plongeur maniant un aspirateur à sédiments, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM)

L’étude de la coque révèle un système architectural particulier caractérisé par une quille plate à laquelle est associé un bordé simple assemblé à franc-bord au moyen de tenons chevillés dans des mortaises. Le système de membrure de la coque est essentiellement constitué d’une succession de varangues avec peu d’alternance de demi-couples. La hauteur des membrures est sensiblement la même sur la partie centrale de la coque, témoignant ainsi de longues varangues rectilignes. Celles-ci présentent des trous d’anguillers situés, pour les principaux, au niveau de la quille. Situés de part et d’autre des trous d’anguillers centraux, des talons, aménagés sous les varangues, viennent se plaquer contre la face supérieure de la quille. L’assemblage de la membrure au bordé est assuré par des gournables et des clous en fer.
Concernant l’assemblage de la membrure à la quille, une broche en bronze a été repérée pour la liaison d’une des varangues à la charpente axiale. Enfoncé depuis l’intérieur de la coque, cet élément d’assemblage venait tenir entre eux la varangue, la quille ainsi qu’un élément disposé sur le dos de la membrure qui a disparu, carlingue ou emplanture de mât.

Une analyse systématique des essences de bois, réalisée par Sandra Greck (Arkaeos), a permis de mettre en évidence une spécialisation manifeste suivant les pièces structurelles du navire : le chêne vert/chêne kermès  pour la quille ; le chêne caducifolié pour le galbord ; le pin pignon, pin d’Alep/Pin brutia pour le bordage ; le chêne caducifolié et l'orme pour les membrures ; le chêne vert/chêne kermès pour les tenons (quille et bordage), cheville de blocage des tenons pour l’assemblage quille-galbord et les gournables, et enfin le frêne pour les chevilles de blocage des tenons pour l’assemblage des bordages.

La coque conservée de l’épave Ouest Giraglia 2 reflète les principes de la construction navale antique qui reposent sur une conception « longitudinale sur bordé » dans laquelle les formes sont déterminées par la mise en place des virures et où la membrure n’a qu’un rôle secondaire.
L’épave Ouest Giraglia 2 vient ainsi confirmer l’hypothèse d’une spécificité architecturale des navires à dolia avec un fond plat destiné à recevoir les lourds conteneurs, sans besoin d’aménager une cale particulière. La série de membrures continue située au centre du navire aurait par ailleurs pour fonction probable de renforcer la structure transversale de la coque, permettant ainsi de soutenir la pression importante imposée par les dolia sur la partie centrale du fond de la carène.

En l’absence d’au moins une extrémité conservée, il est impossible de faire un travail de restitution pour cette épave et de proposer un plan de forme qui pourrait permettre de calculer le port en lourd du navire. Les échantillonnages des pièces architecturales étant similaires, voire plus important dans le cas de la quille et des membrures, aux autres navires à dolia, c’est sans doute aussi dans un ordre de grandeur de 18-22 m de longueur, pour une largeur de 6-7 m environ et un creux ne dépassant guère les 2 m, qu’il faut ranger ce navire d’un tonnage sans doute inférieur à 70 tonnes, soit une petite unité.

Un programme dendrochronologique sur des prélèvements de bois de chêne a permis d’approcher la date précise de la construction du bateau et donc le terminus post quem du naufrage. Les résultats datent l’abattage des chênes entre 13 av. J.-C. et 27 ap. J.-C. et confirment la chronologie déjà obtenue par les amphores Dressel 3 et les marques sur dolia vers les années 30 après J.-C.

Lieux d'exposition du mobilier

Musée de Bastia - Citadelle de Bastia, Place du Donjon, 20200 Bastia
Tél. : 04 95 31 09 12

Pour le dépôt de conservation du mobilier, s’adresser au DRASSM.

Quelques curiosités

Reconstitution : détail d'une maquette de navire à dolia à l’échelle 1/10e (Réalisation R. Roman, cliché L. Damelet © L. Damelet, CNRS, Aix-Marseille Univ, Centre Camille Jullian)
 

Le système architectural de l’épave Ouest Giraglia 2 est similaire à celui mis en évidence sur l’épave de Ladispoli qui présente le fond de carène le mieux conservé de toutes les épaves à dolia connues. Une maquette s’inspirant de cette épave a été réalisée pour le musée de Hyères à l’échelle 1/10e.

Les dolia découverts montrent de nombreuses réparations effectuées grâce à des agrafes en plomb, une pratique bien attestée sur les dolia maritimes.

Pays France
Aire marine protégée Parc Naturel Marin du Cap Corse et de l'Agriate
Département Haute-Corse
Commune Ersa
Lieu-dit
Code EA 301169
Nature du site Épave de navire
Chronologie Antiquité
Indicateur de période Céramique, timbres
Structures Coque
Mobilier Amphores : Amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise
Céramiques : Dolia
Autre : Ancre, lingots de fer, plomb de sonde
Lieu d'exposition Musée de Bastia
Contexte Géologie : sable
Situation : immergé
Profondeur : - 34 m
Historique des recherches Déclaration : 2008 - Jean-Michel Minvielle (découverte fortuite)
Expertise: 2009 - Jean-Michel Minvielle, Martine Sciallano
Opérations: 2010-2011 - Franca Cibecchini, Sabrina Marlier, Jean-Michel Minvielle (fouilles programmées) 2012 - Franca Cibecchini (sondages)
Commentaires
Rédacteur

Bibliographie essentielle

  • CIBECCHINI Franca, Pour une nouvelle carte des épaves à dolia : Ouest Giraglia 2, Diano Marina et le commerce du vin en vrac en Méditerranée occidentale, in : C. Carrato et F. Cibecchini, Nouvelles recherches sur les dolia. L’exemple de la Méditerranée nord-occidentale à l’époque romaine (Ier s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.). Actes de la table ronde tenue à Aspiran les 26 et 27 septembre 2013, Montpellier, 2020, p. 163-196.
  • MARLIER Sabrina, L’architecture et l’espace de navigation des navires à dolia : une synthèse sur la question, in : C. Carrato et F. Cibecchini, Nouvelles recherches sur les dolia. L’exemple de la Méditerranée nord-occidentale à l’époque romaine (Ier s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C.). Actes de la table ronde tenue à Aspiran les 26 et 27 septembre 2013, Montpellier, 2020, p. 207-220.

Pour approfondir

  • CIBECCHINI Franca, JUAN Carlos (de), MARLIER Sabrina et MINVIELLE Jean-Michel, Au large de Ersa - Épave Ouest-Giraglia 2, ADLFI. Archéologie de la France - Informations, 2011, Disponible en ligne
  • CIBECCHINI Franca, MARLIER Sabrina et JUAN Carlos (de), The Roman Ouest Giraglia 2 shipwreck (Corsica): an architectural study and some thoughts on the the ship’s cargo, in : J. Gawronski, A. Van Holk et J. Schokkenbroek (éd.), Ships and Maritime landscapes, ISBSA 13, Amsterdam 2012, Elde : Barkhuis Publishing, 2017, 267-272.
  • CIBECCHINI Franca, MARLIER Sabrina et Minvielle Jean-Michel, Au large de Ersa - Épave à dolia : Ouest Giraglia 2, ADLFI. Archéologie de la France - Informations , 2010, Disponible en ligne

Photos

Mise à l'eau du ROV, campagne de 2012 (© T. Seguin/DRASSM) Le Nosy Be Too à la sortie du port en 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Support surface lors d’une plongée (© T. Seguin/DRASSM) Travail à bord du Brezehan, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Vue sous-marine d'un plongeur sur l'épave et fragment de dolium au premier plan, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Vue sous-marine de l'épave, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Vue sous-marine de l'épave, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Plongeur maniant un aspirateur à sédiments, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Détail d'un aspirateur à sédiments, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Étapes de la remontée de prélèvement d'un élément de la coque de l'épave (© T. Seguin/DRASSM) Étapes de la remontée du prélèvement d'un élément de la coque de l'épave (© T. Seguin/DRASSM)
  Étapes de la remontée du prélèvement d'un élément de la coque de l'épave (© T. Seguin/DRASSM) Dolium enserré dans un filet afin d'assurer sa remontée, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Remontée de dolium avec l'aide d'un parachute, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Remontée en sécurité du dolium jusqu'à la surface, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Remontée de mobilier avec l'aide de parachutes, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Étude de l'architecture navale du navire, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Prélèvement d'échantillons de bois dans le cadre d'études dendrologiques et xylologiques, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Détail d'architecture navale (© T. Seguin/DRASSM) Vue sous-marine de dolium, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Relevé de la lèvre du dolium, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Nettoyage d'un timbre de dolium afin d'assurer son étude, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Timbre de dolium avant nettoyage (© T. Seguin/DRASSM) Timbre de dolium (© T. Seguin/DRASSM) Timbre de dolium (© T. Seguin/DRASSM) Timbre de dolium (© T. Seguin/DRASSM) Exemples d'agrafes de dolium (© T. Seguin/DRASSM) Timbre sur dolia : PHILOMVSVS/PIRANI.S. FE (DAO F. Cibecchini © F. Cibecchini/Drassm). Timbre sur dolia : DIOPHANTVS.M./CALICI PRIM IS/FECIT (DAO F. Cibecchini © F. Cibecchini/Drassm). Timbre sur dolia  : C. PIRANVS/FELIX.FEC (DAO F. Cibecchini © F. Cibecchini/Drassm). Contremarque sur dolia (DAO F. Cibecchini © F. Cibecchini/Drassm) Amphores Dressel 2-4 de Tarraconaise : corps et cols (© A. Veleva) Mise à l'eau, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) L'organisation sur le pont, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Discussions et réflexions à bord, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Sur le pont, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Étude de l'architecture navale à partir d'un élément prélevé, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Mesures de conservation préventive sur céramique, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) Mesures de conservation préventive sur céramique, campagne de 2011 (© T. Seguin/DRASSM) L'André Malraux, campagne de 2012 (© T. Seguin/DRASSM) Mise à l'eau du ROV, campagne de 2012 (© T. Seguin/DRASSM) Le ROV sur le site, campagne de 2012 (© T. Seguin/DRASSM) À bord, le suivi du ROV sur écran, campagne de 2012 (© T. Seguin/DRASSM) Planimétrie du site, campagne de 2010 (© T. Seguin/DRASSM) Plan de l’épave Ouest Giraglia 2 (relevé collectif, DAO M. El Amouri © M. El Amouri/Ipso Facto). Amphore Dressel 2-4 de Tarraconaise (© T. Seguin/DRASSM) Doliolium [Céramique, 108x90 cm, Drassm-MCC, n° inv. 30362] (© J. A. Bertozzi) Plomb de sonde (© T. Seguin/DRASSM) Plomb de sonde (© T. Seguin/DRASSM) Reconstitution : vue de la cale avec le chargement des dolia (Réalisation R. Roman, cliché L. Damelet © L. Damelet, CNRS, Aix-Marseille Univ, Centre Camille Jullian) Reconstitution : détail d'une maquette de navire à dolia à l’échelle 1/10e (Réalisation R. Roman, cliché L. Damelet © L. Damelet, CNRS, Aix-Marseille Univ, Centre Camille Jullian)