Liste des sites

Trier Trier Site Trier Trier Nature Trier Trier Période Trier Trier Dép.
Arles-Rhône 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Bataiguier Épave de navire Période médiévale Alpes-Maritimes
Bonaparte Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Bouée Borha 2 Autre gisement Période contemporaine Bouches-du-Rhône
Capo Sagro 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Dramont E Épave de navire Antiquité Var
Écueil de Miet 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Fourmigue C Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Francesco Crispi Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Giraglia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Grand Congloué 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Congloué 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Saint-Antoine Épave de navire Période moderne Bouches-du-Rhône
Heinkel 111 Épave d'aéronef Période contemporaine Alpes-Maritimes
Insuma Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Jas d'ancre de Sormiou Autre gisement Antiquité Bouches-du-Rhône
Jeanne-Elisabeth Épave de navire Période moderne Hérault
La Love Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Le Caducée (Bugho 2) Autre gisement Antiquité Haute-Corse
Liban Épave de navire Période contemporaine Bouches-du-Rhône
Macinaggio 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Madrague de Giens Épave de navire Antiquité Var
Mortella 2 Épave de navire Période moderne Haute-Corse
Mortella 3 Épave de navire Période moderne Haute-Corse
Ouest Giraglia 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
P-38 de Saint Exupéry Épave d'aéronef Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-47 Meria Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
P-47 Santa Severa Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
Plane 3 Épave de navire Période médiévale Bouches-du-Rhône
Pointe de la Luque 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Port-Miou C Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Punta Vecchia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Rubis Épave de sous-marin Période contemporaine Var
Sainte-Dorothéa Épave de navire Période moderne Alpes-Maritimes
Sud Caveaux 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Titan Épave de navire Antiquité Var
Tour d'Agnello 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Tour d'Agnello 2 Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Tour Sainte Marie 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse

Port-Miou C

Épave de navire Voir sur la carte
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

L’épave antique Port-Miou C repose par 105 mètres de fond entre Marseille et Cassis au large de la calanque de Port-Miou. Bien protégée du chalutage par sa localisation dans le Parc National des Calanques, l’épave, presque intacte, est constituée d’amphores italiques produites pour le transport du vin entre 120 et 80 av. J.C. .

Déclarée en 1998, l’épave a été par la suite au cœur d’un projet européen d’exploration virtuelle de sites sous-marins mené à l’aide de robots.

Histoire du site

Vue sur le tumulus d'amphores Dressel 1a depuis le sous-marin Rémora 2000 (©Drassm)

En 1998, Henri-Germain Delauze, président de la Compagnie Maritime d’Expertise (COMEX), découvre un tumulus d’amphores en excellent état lors d’une plongée à bord du sous-marin Rémora 2000.

Le site, situé à une profondeur trop importante pour les archéologues-plongeurs, sera expertisé par le Drassm en 1999 puis en 2001 à l’aide du sous-marin Remora 2000 et de robots de la COMEX.

Du 5 au 11 octobre 2008, le projet européen VENUS (Virtual ExploratioN of Underwater Sites) accomplit sa quatrième prospection expérimentale sur l’épave de Port-Miou C. Une couverture en trois dimensions des amphores apparentes du site est alors réalisée.

L’épave a été choisie pour sa profondeur ainsi que pour sa très bonne conservation. En effet, elle n’a pas été détruite par le passage de chaluts comme certaines épaves profondes de la zone. Cependant, cette menace, malgré les rochers présents aux alentours, n’était pas inexistante jusqu'à la création du Parc National des Calanques en 2012. Ainsi, l’acquisition d’une image fidèle du tumulus aurait permis aux archéologues d’étudier le site dans le cas où celui-ci avait été endommagé.

Port-Miou C fait partie d’une série de huit épaves profondes (entre 90 et 110 mètres de profondeur) détectées au sonar par la COMEX à partir de 1998.

C’est en octobre de cette même année que l’épave est observée pour la première fois grâce au Rémora 2000.

Lors de la campage de 2008 dirigée par Luc Long (Drassm) et Pierre Drap (CNRS-LSIS), les premières plongées sur le site de Port-Miou C sont dédiées au calibrage des appareils utilisés (Rémora 2000, ROV, sondeur multi-faisceau, sonar, équipement de prises de vue photogrammétriques, etc.). Le site est ensuite quadrillé grâce au sous-marin et au ROV. Finalement, le 11 octobre, le Rémora 2000 réalise en une seule plongée les prises de vues photogrammétriques des vestiges visibles de l’épave.

Cargaison, mobilier et vie à bord

Les amphores de l'épave de Port-Miou C sont dans un très bon état de conservation (©Drassm)

Seule la cargaison de l’épave de Port-Miou C est visible. Le site étant ensablé à ses extrémités, aucune pièce relative au mobilier de bord n’a été repérée. Quant aux restes de la coque du navire, s’ils sont préservés, ils se trouvent très probablement sous la cargaison.

Celle-ci se présente sous la forme d’un large tumulus (24 mètres x 12 mètres x 2 mètres), légèrement en pente, d’amphores à vin de la côte tyrrhénienne uniquement de type Dressel 1A. Il s’agit d’un des types d'amphores le plus diffusé dans l’Antiquité. Ce chargement permet d’avancer que le naufrage du navire a eu lieu entre 120 et 80 av. J.-C.

La photogrammétrie réalisée en 2008 lors du projet VENUS a permis de comptabiliser entre 1500 et 2000 amphores visibles, ce qui ne représente qu’une partie du chargement. Il est tout à fait probable que la même proportion d’amphores, voire plus, se cache sous cette couche “de surface”.

Les amphores, recouvertes d’une pellicule semblable à de la poussière, sont encore en partie étroitement imbriquées et inclinées dans la même direction, notamment au centre de l’épave où une superposition parfaite de deux couches d’amphores est observable, ce qui laisse à penser que le navire était incliné sur le flanc lorsqu’il a touché le fond marin.

Quelques dommages ont été repérés à l’ouest du site, il pourrait s’agir de passages d’un chalut ou de prélèvements illégaux…

Lieux d'exposition du mobilier

In-situ

Quelques curiosités

En amont de la campagne réalisée sur le site antique de Port-Miou C, le projet VENUS a mené trois prospections expérimentales sur des épaves antiques en eaux peu profondes (moins de 50 mètres ) localisées en Italie et au Portugal.

Le Rémora 2000 est lancé en 1994. Ce “sous-marin de poche“ au profil sphérique peut accueillir deux personnes pour des immersions jusqu’à 610 mètres de profondeur. Il effectuera un total de 731 plongées avant d’être désarmé en 2014. Il est aujourd’hui exposé dans La Grande Galerie des Engins et des Hommes de la Cité de la Mer (Cherbourg-en-Cotentin).

Pays France
Aire marine protégée Parc national des Calanques
Département Bouches-du-Rhône
Commune Cassis
Lieu-dit Calanque de Port-Miou
Code EA 30-730
Nature du site Épave de navire
Chronologie Antiquité
Indicateur de période Mobilier
Structures
Mobilier Amphores : Dressel 1A
Céramiques :
Autre :
Lieu d'exposition In-situ
Contexte Géologie : Sable, roches
Situation : Immergé
Profondeur : Plus de 100 mètres
Historique des recherches Déclaration : 1998 - Henri-Germain Delauze (COMEX)
Expertise: 1999 et 2001 - DRASSM.
Opérations: 2008 - Pierre Drap, Luc Long (Projet VENUS)
Commentaires
Rédacteur Claire Destanque

Bibliographie essentielle

  • ALCALA Fred; CAITI Andrea; CONTE Giuseppe; DRAP Pierre; FRANCA Stefano; GAUCH Fred; LONG Luc; SCARADOZZI David; SEGUIN Emmanuelle; SEINTURIER Julien; VITAIOLI Giogio; ZANOLI Silvia Maria, VENUS, Virtual ExploratioN of Underwater Sites - Mission in Marseille and data exploitation, 2008, https://archaeologydataservice.ac.uk/archiveDS/archiveDownload?t=arch-936-1/dissemination/pdf/VENUS_Deliverable65_v10.pdf
  • CHAPMAN P.; CONTE Giuseppe; DRAP Pierre; GAMBOGI Paola; GAUCH Fre; HANKE K.; LONG Luc; LOUREIRO V.; PAPINI O.; PASCOAL A.; RICHARDS J.; ROUSSEL D., VENUS, Virtual ExploratioN of Underwater Sites, The e-volution of information communication technology in cultural heritage, 2006, 352 p.
  • DRAP Pierre, VENUS: Virtual ExploratioN of Underwater Sites: Port-Miou C wreck, Marseille, 2009, https://doi.org/10.5284/1000004
  • DRAP Pierre; LONG Luc, L’épave Port-Miou C, Bilan scientifique du DRASSM, 2008, p. 80-81
  • LONG Luc, Les épaves antiques de la rade de Marseille, LA MER, La revue culturelle de la ville de Marseille, n° 223, 2008, p.21-29

Photos

Vue sur le tumulus d'amphores Dressel 1a depuis le sous-marin Rémora 2000 (©Drassm) Les amphores de l'épave de Port-Miou C (©Drassm) Les amphores de l'épave de Port-Miou C sont dans un très bon état de conservation (©Drassm) Les prises de vues du tumulus d'amphores de l'épave de Port-Miou C ont été réalisées par le sous-marin Rémora 2000 (©Drassm)