Liste des sites

Trier Trier Site Trier Trier Nature Trier Trier Période Trier Trier Dép.
Arles-Rhône 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Bataiguier Épave de navire Période médiévale Alpes-Maritimes
Bonaparte Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Capo Sagro 2 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Dramont E Épave de navire Antiquité Var
Écueil de Miet 3 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Fourmigue C Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Francesco Crispi Épave de navire Période contemporaine Haute-Corse
Giraglia 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Grand Congloué 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Congloué 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Grand Saint-Antoine Épave de navire Période moderne Bouches-du-Rhône
Heinkel 111 Épave d'aéronef Période contemporaine Alpes-Maritimes
La Love Épave de navire Antiquité Alpes-Maritimes
Liban Épave de navire Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-38 de Saint Exupéry Épave d'aéronef Période contemporaine Bouches-du-Rhône
P-47 Meria Épave d'aéronef Période contemporaine Haute-Corse
Pointe de la Luque 2 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Rubis Épave de sous-marin Période contemporaine Var
Sainte-Dorothéa Épave de navire Période moderne Alpes-Maritimes
Sud Caveaux 1 Épave de navire Antiquité Bouches-du-Rhône
Titan Épave de navire Antiquité Var
Tour d'Agnello 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse
Tour Sainte Marie 1 Épave de navire Antiquité Haute-Corse

Dramont E

Épave de navire Voir sur la carte
Présentation
Carte d'identité
Bibliographie
Médiathèque

En bref...

Amphores du niveau inférieur affleurant en surface, toutes les amphores du premier niveau ayant été pillées ou cassées (© Y. Chevalier/DRASSM)

Découverte en 1965, l’épave Dramont E gît par 41 m de profondeur à l’ouest du cap Dramont, au large de Saint-Raphaël. L’épave de ce petit navire du Ve s. après J.-C. se distingue par son riche mobilier céramique d’origine africaine et par l’homogénéité de sa cargaison témoignant des contacts directs de certains ports d’Afrique avec la province Narbonnaise. Relativement bien conservée au moment de sa découverte, elle a été depuis victime de nombreux pillages.

Histoire du site

Plongueur effectuant des relevés sur la coque à l'aide d'un cadre de relevé et d'une règle en place (© Y. Chevalier/DRASSM)

Signalée par un tumulus d’amphores assez bien préservé, l’épave Dramont E est déclarée le 5 octobre 1965 par J. Issaverdens et F. Dumas. À la suite de cette découverte, une première expertise réalisée par Y. Chevalier (DRASSM), a permis de mettre en évidence l’importance du site. Une nouvelle campagne réalisée en 1968, suite à la mise en service de L’Archéonaute, a permis de constater les dégâts du pillage intensif dont il a été régulièrement la cible, toutes les amphores du niveau supérieur ayant ainsi disparues.

De 1981 à 1990, le site a fait l’objet de dix années d’une fouille exhaustive sous la direction de C. Santamaria. Ces campagnes ont permis de préciser la cargaison du navire et d’étudier sa structure, bien conservée.

Cargaison, mobilier et vie à bord

Amphore Keay 25.2 (© Archives DRASSM)

Le chargement du navire est estimé à environ 600 amphores africaines tardives.  Les plus gros conteneurs pouvaient transporter aussi bien de l’huile d’olive que du vin ou  encore des salaisons de poissons ou de porc. Les amphores de plus petites dimensions, les spatheia, devaient quant elles contenir des olives, comme en témoignent les nombreux noyaux découverts à l’intérieur.
En plus des amphores, le chargement comptait entre 700 et 800 plats en céramique sigillée africaine D, des tubuli de voûtes et un important matériel de bord : cruches, marmites, contrepoids en plombs et un moulin à farine. Un lot de 143 monnaies de bronze complète cette cargaison et contribue à dater le naufrage du bateau du second quart du Ve s.

Plat en céramique sigillée africaine D (© Archives DRASSM)

La cargaison du navire est composée de trois principaux types d’amphores : environ 130 amphores de type Keay 25.2, 120 de type spatheion et 330 de type Keay 35A et B. Il s’agit exclusivement d’amphores africaines dont le lieu de production a pu être identifié grâce aux analyses pétrographiques réalisées sur celles-ci et aux recherches entreprises dans plusieurs ateliers de céramiques en Tunisie. L’ensemble de ces données et l’homogénéité typologique du chargement laissent supposer que le mobilier a été chargé dans la région de Nabeul en Tunisie et provient en majorité de l’atelier de Sidi Zahruni à proximité.

Le trésor monétaire découvert à l’arrière du navire situe le naufrage de celui-ci entre 425 et 455 ap. J.-C. Cette datation correspond à la période charnière de l’époque romaine tardive et des débuts de l’occupation vandale de la riche province d’Afrique. Genséric et ses troupes arrivent sur le territoire africain en 429 puis envahissent la Proconsulaire et s’emparent de Carthage en 439, date à partir de laquelle la flotte vandale domine la Méditerranée. L’épave constitue ainsi un témoin privilégié des échanges méditerranéens à cette époque de profonds changements politiques.

Le bateau et son gréement

Vue générale sur la coque dégagée (© Archives DRASSM)

Sous le tumulus d’amphores, les fouilles ont permis de dégager une coque en bon état, conservée sur 11,80 m de longueur et 5,30 m de largeur. Orienté est-ouest, le navire gisait sur son flanc tribord lors de sa découverte. Des ancres en fer, à jas mobile, ont également été découvertes, dont au moins quatre situées à l’avant du navire.
La charpente axiale était composée d’une quille, sur une longueur de 7,09 m, du brion d’étrave et de l’étambot. On note également la présence sur le bordé de plusieurs niveaux de virures et de plusieurs couples au niveau de la charpente transversale.

Ensemble quille, étambot et galbord, vue de face (© Archives DRASSM)

Parmi les éléments notables dégagés lors des fouilles, plusieurs correspondent à la structure interne du navire tels que l’emplanture, deux carlingots, des cloisons, le puits de la pompe et une importante quantité de vaigres.
Les fouilles ont ainsi révélé un navire de taille modeste avec un port en lourd estimé à une trentaine de tonnes. La vaste campagne de relevés architecturaux réalisée lors des fouilles a permis récemment de proposer des hypothèses de restitution du navire et de son chargement grâce à l’utilisation des techniques de modélisation en 3D. Parmi les différentes hypothèses, la plus probable fait état d’un navire de forme particulièrement large avec un chargement des amphores sur deux niveaux. Dans un tel état de chargement, le navire devait s’avérer difficilement manœuvrable. Une telle surcharge a dû représenter un handicap certain durant la traversée entre les rivages de l’Afrique du Nord et ceux de la Narbonnaise. Il n’est pas impossible que ce soit là, l’une des raisons premières du naufrage.

L’analyse xylologique réalisée sur les bois constituant la coque du bateau a permis de distinguer un grand nombre d’essences ayant servi à sa construction. Les virures ont été taillées dans du pin d’Alep et dans du pin pignon, la quille était uniquement en pin pignon, espèces typiques du littoral méditerranéen occidental. On trouve également du sapin, utilisé pour le mât, et du mélèze pour le massif d’emplanture du mât. Au total, dix essences ont été identifiées dans ce bateau de taille modeste.

Lieux d'exposition du mobilier

Musée d’Archéologie d’Antibes - Bastion Saint-André, 06600 Antibes.
Tél. : 04 93 95 85 98

Musée archéologique de Saint-Raphaël - Parvis de la Rue de la Vieille Église, 83700 Saint-Raphaël.
Tél. : 04 94 19 25 75

Pays France
Aire marine protégée Non
Département Var
Commune Saint-Raphaël
Lieu-dit Cap Dramont, au sud-est de la pointe de la Pierre Blave
Code EA 20933
Nature du site Épave de navire
Chronologie Antiquité
Indicateur de période Céramiques, monnaies
Structures Coque
Mobilier Amphores : Keay 25, Keay 35 A et B, spatheia
Céramiques : Sigillée claire D, céramique commune, tubes de voûte, deux lampes
Autre : Monnaies en bronze, plomb de sonde, ancre, moulin à farine
Lieu d'exposition Musée d’Archéologie d’Antibes ; Musée archéologique de Saint-Raphaël
Contexte Géologie : Vaso-argileux
Situation : immergé
Profondeur : - 42m
Historique des recherches Déclaration : 1965 - J. Issaverdens et F. Dumas
Expertise: 1965 et 1968 - Y. Chevalier (DRASSM)
Opérations: 1981-1991 - fouilles programmées sous la direction de C. Santamaria (DRASSM)
Commentaires
Rédacteur

Bibliographie essentielle

  • BONIFAY Michel, CAPELLI Claudio, LONG Luc, Recherches sur l’origine des cargaisons africaines de quelques épaves du littoral français, in : L. Rivet, M. Sciallano, Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou, Archéologie et histoire romaine 8, Monique Mergoil, Montagnac, 2002, 195-200.
  • SANTAMARIA Claude, L’épave Dramont E à Saint-Raphaël (Vème s. après J.-C.), Éd. CNRS, Archaeonautica 13, Paris, 1995, 199 p.

Pour approfondir

  • JONCHERAY Jean-Pierre, L’épave E du cap Dramont, Cahiers d’archéologie subaquatique, n° IV, 1975, 141-146.
  • POVEDA Pierre, Les modèles tridimensionnels de l’épave Dramont E. Hydrostatique et réalité virtuelle au service de la restitution en archéologie navale, Archaeonautica, n° 19, 2017, 27-40, Disponible en ligne

Photos

Plongueur effectuant des relevés sur la coque à l'aide d'un cadre de relevé et d'une règle en place (© Y. Chevalier/DRASSM) Plongueur effectuant des relevés sur la coque à l'aide d'un cadre de relevé et une règle en place (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Les amphores du tumulus in situ (© Y. Chevalier/DRASSM) Planimétrie photographique de l'épave (© Y. Chevalier/DRASSM) Amphores du niveau inférieur affleurant en surface (© Y. Chevalier/DRASSM ) Amphores du niveau inférieur affleurant en surface, toutes les amphores du premier niveau ayant été pillées ou cassées (© Y. Chevalier/DRASSM) Amphores du niveau inférieur affleurant en surface (© Y. Chevalier/DRASSM) Amphore Keay 35 A (© Archives DRASSM) Amphore Keay 35 A (© Archives DRASSM) Amphore Keay 35 B (© Archives DRASSM) Amphore Keay 35 B (d'après Bonifay 2004, p. 133, fig. 72a) Amphore Keay 25.2 (© Archives DRASSM) Amphore Keay 25.2 (© Archives DRASSM) Amphore Keay 25.2 (© Archives DRASSM) Amphore Keay 25.2 (d'après Bonifay 2004, p. 121, fig. 65) Amphore spatheion 1 (© Archives DRASSM) Amphore spatheion 1 (© Archives DRASSM) Amphore spatheion 1 (d'après Bonifay 2004, p. 124, fig. 67) Plat en céramique sigillée africaine D (© Archives DRASSM) Plat en céramique sigillée africaine D (© Archives DRASSM) Plat en céramique sigillée africaine D (© Archives DRASSM) Cruche en céramique commune africaine (© Archives DRASSM) Cruche en céramique commune africaine (© Archives DRASSM) Cruche en céramique commune africaine (© Archives DRASSM) Cruche en céramique commune africaine (© Archives DRASSM) Cruche en céramique commune africaine avec décor incisé (© Archives DRASSM) Noyaux d'olives prélevés sur l'épave (© Archives DRASSM) Plan des amphores du tumulus ( d'après Santamaria 1995, p. 28, fig. 9) Vue générale sur la coque dégagée (© Archives DRASSM) Vue sur la coque dégagée (© Archives DRASSM) Vue sur la coque dégagée (© Archives DRASSM) Plan général des vestiges de la coque (d'après Santamaria 1995, p. 132, fig. 131) Profils de la quille et du brion, de la quille et de l'étambot (d'après Santamaria 1995, p. 136, fig. 133) Ensemble quille, étambot et galbord, vue de profil (© Archives DRASSM) Ensemble quille, étambot et galbord, vue de face (© Archives DRASSM) Ancre en fer in situ (d'après Santamaria 1995, p. 28, fig. 10) Ancre en fer prélevée sur l'épave (d'après Santamaria 1995, p. 105, fig. 122) Plomb de sonde (d'après Santamaria 1995, p. 107, fig. 124) Pesons de balance romaine (d'après Santamaria 1995, p. 107, fig. 125) Détail de la cargaison du navire (©P. Poveda, CCJ/AMU/CNRS). Vue de trois-quarts du modèle 3D de restitution du flanc tribord et de la cargaison (©P. Poveda, CCJ/AMU/CNRS). Vue du modèle 3D des vestiges et de restitution du flanc tribord avec hypothèse de chargement (©P. Poveda, CCJ/AMU/CNRS). Vue du modèle 3D de restitution du navire et de son chargement (©P. Poveda, CCJ/AMU/CNRS). Vue du modèle 3D de restitution du navire et de son chargement (©P. Poveda, CCJ/AMU/CNRS).